Twitch et la plateformisation du travail (26 octobre 2017)

Petite mise en bouche avant mon intervention dans notre groupe de recherche sur « Travail et Plateforme » dans une semaine, où je parlerai de la plateforme de streaming « Twitch ». Il ne s’agit pas de rentrer dans le détail mais simplement de donner quelques pistes de réflexion qui m’animent.

Penser le joueur au travail

Notre thèse traite de ce que nous pourrions nommer avec A. Casilli la « plateformisation » du travail, à travers le cas du travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo. Le travail des joueurs renvoie à un ensemble large de pratiques;

  • le modding, i.e la transformation de tout ou partie d’un jeu par des communautés de joueurs, à l’origine de certains des jeux les plus populaires depuis 10 ans (Counter-Strike, League of Legends, Player Unknown Battlegrounds).
  • la sous-traitance au joueur de certains pans de la production du jeu (beta-test, modération,..) reposant sur du bénévolat et mobilisant la rhétorique de la passion
  • le simple fait de jouer peut être considéré comme du travail, qu’il soit le fait de « goldfarmers » chinois ou qu’il soit monétisé, encadré, mesuré par des entreprises qui ne vendent plus un produit mais un espace social dont elles cherchent à extraire le plus possible de valeur
  • le streaming, soit la diffusion en ligne de parties de jeu sur des plateformes dédiées. C’est ce point que nous discuterons la semaine prochaine.

A la question « pourquoi les joueurs diffusent leurs parties », Twitch possède une réponse clé en main sur son site internet:

« It’s fun and represents a compelling new social network to connect with friends and fans over a shared love of games and other interests » (nous soulignons).

Ce vocabulaire du partage, du « fun », nous le discuterons largement dans nos deux premiers chapitres de thèse. Il remplit à notre sens une fonction essentielle pour les plateformes: masquer, euphémiser des formes de travail derrière le voile de l’amusement.

La plateforme Twitch

Le streaming peut être résumé de la manière suivante: un joueur diffuse à travers la plateforme une partie de jeu et discute avec les spectateurs (« viewers ») lors de la partie. Le phénomène n’est en rien anodin; la plateforme a crû de forte manière depuis son lancement en 2011 et revendique plus d’1 million de streamers mensuels, et 100 millions de visiteurs uniques chaque mois (source Twitch).

Sur ce million d’utilisateur, nous nous intéresserons particulièrement aux 22 000 partenaires de la plateforme, c’est-à-dire à ceux qui travaillent pour Twitch de la même manière que les chauffeurs travaillent pour Uber. Le fait majeur ici est la grande continuité / porosité entre pratique ludique et gratuite et pratique ludique et lucrative, qu’il faut discuter.

Ci-dessous (pardon pour la lisibilité), voilà à quoi ressemble une page twitch.

Voilà à quoi ressemble une page Twitch

Trois faits saillants, trois profils, et une trajectoire ascendante qui seront développés la semaine prochaine (teasing)

  • Première phase: possibilité de s’abonner (gratuitement) à la chaîne du streamer, dont la source de revenu principale est constituée de dons des viewers.
  • Deuxième phase: au dela d’un certain nombre d’abonnés gratuits, Twitch propose un « partenariat »; le streamer peut proposer des abonnements payants et partager les revenus avec Twitch. Il y a constitution d’un capital communautaire (mais que veut-il dire par là? réponse prochainement)
  • Troisième phase: le streamer, s’il rencontre un large succès, peut se voir proposer des contrats avec des entreprises pour mettre en avant du contenu « sponsorisé », i.e rémunéré par l’entreprise. Il y a alors mise en valeur du capital communautaire

Voilà en quelques mots les éléments de ce que nous discuterons la semaine prochaine! Un post plus détaillé et issu du chapitre de thèse suivra prochainement.

 

Le négationnisme aurait-il contaminé la sociologie ? Contre le totalitarisme méthodologique

Les pamphlets seraient-ils devenus la nouvelle norme du débat scientifique en sciences sociales? Après « l’affaire Cahuc et Zylberberg », deux sociologues se livrent à un exercice de style similaire. Les enjeux sont toutefois bien différents.

Après Cahuc et Zylbergerg, Bronner et Géhin

Il y a quelques mois, deux économistes publiaient un violent pamphlet visant expressément des économistes hétérodoxes, les accusant de « négationnisme ». Ils estiment en effet que l’économie serait devenue une science expérimentale ; quiconque appliquerait d’autres méthodes- peu importe au demeurant la qualité de leurs questionnements et résultats – seraient au mieux des incompétents inadaptés aux progrès de la science, au pire de dangereux obscurantistes refusant sciemment de se plier à la « vraie » méthode, en l’occurrence celle de l’expérimentation. C’est dans cette dernière catégorie que sombrent par exemple les Economistes Atterrés ou ceux membres de l’AFEP, qui défendent un pluralisme des approches ; il s’agit donc de s’en « débarrasser », comme l’indique le sous-titre de leur ouvrage.

Pour comprendre l’affaire C&Z : https://www.alternatives-economiques.fr/negationnisme-economique-laffaire-cahuc/00012140

La maladie du négationnisme n’a malheureusement pas pu être contenue dans le champ de l’économie. C’est désormais la sociologie qui en fait les frais, et deux sociologues, Bronner et Géhin, sont bien décidés eux aussi à l’éradiquer. Si le nom de leur essai est moins ordurier que celui de Cahuc et Zylberberg, le propos présente des similarités et provoque là aussi des remous dans le champ académique, côté sociologues cette fois. La sociologie ferait face à un « danger », donnant son titre à l’ouvrage ; celui de « l’idéologie », par opposition à la « science ». Et le salut de se trouver, comme pour l’économie, du côté des sciences cognitives et expérimentales ; sur ce point, il est clair que l’économie a une longueur d’avance.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/expliquer-la-sociologie-est-ce-lexcuser

Une méthode similaire

Puisque nos héros de la scientificité estiment qu’il y a une (et une seule) méthode pour « faire science », il est tout naturel qu’ils usent de la même pour le faire savoir. C’est dans les deux cas celle du pamphlet médiatique qui est retenue pour s’attaquer, directement ou indirectement à des collègues et leurs travaux. C’est évidemment au nom de l’intérêt général et de la sauvegarde de la science qu’ils agissent. Le procédé, en plus d’être malhonnête, ne répond à aucun des canons admis par la science (fût-elle exacte) dont ils voudraient se faire les gardiens : caricature, argumentation lapidaire quand elle n’est pas à la limite de l’insulte.

Dans les deux cas, les couples d’auteur opposent systématiquement deux groupes : les « scientifiques », aux méthodes rigoureuses (entendre : usant de la quantification dans une forme ou une autre), et les « idéologues », se parant des apparats de la science pour servir un programme politique ; une sorte de « fake science » en somme.

Entendons-nous bien : les questions épistémologiques (c’est-à-dire sur la manière d’objectiver des phénomènes, de montrer et démontrer, de soutenir des thèses etc) sont essentielles. Elles méritent mieux, bien mieux que la recherche du « buzz » et de la formule qui frappera les esprits. Elles sont un enjeu scientifique sérieux que les auteurs semblent réduire à des oppositions manichéennes (« vrais » contre « faux » scientifiques) irrespectueuses tant pour les chercheurs en désaccord avec eux que pour les deux siècles de sciences sociales dont ils sont les héritiers.

Une distinction de taille

Pour autant, les pamphlets disent-ils la même chose des deux disciplines? Il n’en est rien.

Dans le cas de la sociologie, la tradition pluraliste est solidement installée. Les cadres théoriques divergent, et un large gradient de méthodes qualitatives et quantitatives est mobilisé. Il existe un vaste ensemble de courants, du plus individualiste au plus holiste. Solidement armée du point de vue épistémologique, on doute que l’écho de l’essai de Bronner et Géhin au sein de la discipline soit important, tant ils sont minoritaires.

L’affaire est tout autre dans le cas de l’économie. Ceux qui réclament que tous et toutes se soumettent à un cadre théorique (formé peu ou prou autour de la tradition néoclassique) et aux méthodes reines qui l’accompagnent (économétrie, expérimentation) sont les éléments les plus dominants de la discipline et représentent environ 90% de la discipline en France. Dans le cas de la sociologie, les auteurs souhaiteraient en finir avec un pluralisme qu’ils jugent dépassé. En économie, ce sont les derniers bastions de ce pluralisme qu’il s’agit d’éradiquer. Le Négationnisme renvoie à un enjeu bien plus important et présent que le Danger.

Un programme commun : le pluralisme

Ces deux cas doivent nous amener à proposer un schème d’opposition alternatif. Les auteurs cherchent à opposer « idéologie » et « science », et il faudrait prendre sérieusement en compte ces notions dans un cadre qui ne soit pas celui de l’accusation sans fondement. Et puisque nos auteurs sont adeptes des formules choc, nous nous permettrons d’en utiliser une nous aussi.

Le véritable danger pour les sciences sociales ne vient ni des hétérodoxes « négationnistes », ni des « socio-idéologues ». Il vient du totalitarisme méthodologique que préconisent les auteurs. Une méthode juste, un cadre accepté. Ce que nous enseigne l’épistémologie depuis 150 ans c’est précisément que cette quête est vaine et que le progrès et la richesse des sciences sociales viennent de la concurrence paradigmatique qui fonde le débat scientifique.

Plus que jamais, le combat du pluralisme doit être mené. C’est ici que les deux disciplines se rejoignent. L’économie étouffe lentement depuis une trentaine d’année et vit une crise majeure précisément parce qu’elle ne permet plus cette concurrence (on ne se lassera jamais de noter que les chantres de la concurrence sur le marché la refusent dans le domaine académique). La sociologie ferait bien de ne pas se reposer sur ses conquêtes ; elle sera toujours soumise à ce type d’attaques. Si un jour un pouvoir politique décidait d’en finir avec « l’idéologie » à l’université, il trouverait toujours un allié dans le champ académique pour s’occuper de cette basse besogne d’épuration. Mais il trouvera également sur son chemin les chercheurs-euses qui se battent inlassablement pour le pluralisme des idées, des méthodes et des théories. C’est un enjeu scientifique et démocratique majeur.

Retour sur les « communs »

Nous reproduisons ci-dessous notre recension de l’ouvrage « Commun: Essai sur la révolution au XXIè Siècle » de Pierre Dardot et Christian Laval, publiée sur Contretemps. Nous publierons prochainement un billet sur cette notion qui pose problème et sur la littérature qui l’entoure, en parallèle d’un chapitre de thèse sur le sujet.

Lien de la recension: https://www.contretemps.eu/le-commun-ce-quil-nest-pas-et-ce-quil-peut-etre-a-propos-de-louvrage-commun-essai-sur-la-revolution-au-xxie-siecle-de-pierre-dardot-et-christian/

 

Re-penser conjointement Travail et Consommation

Nous saisissons l’opportunité de la tenue de la journée d’Etudes « Travail et Consommation du XIXè au XXIè siècles » pour relater sommairement l’introduction à la journée proposée par Marie-Anne Dujarier. Nous restituons largement ses propos, et ajoutons quelques remarques supplémentaires qui nous paraissent essentielles pour saisir les enjeux académiques liés à cette distinction trompeuse. Il nous semble que son propos soulève des questions fondamentales, que nous tentons de mettre au cœur de notre travail, et sur lesquelles nous reviendrons largement et en détail dans nos contributions sur ce blog.

Lien de la journée: https://afhe.hypotheses.org/9790

Si les catégories de travail et de consommation semblent avoir été durcies tant dans le champ académique (séparation entre sociologie du travail et sociologie de la consommation, catégorisation encore plus nette en économie), elles n’ont pourtant rien d’évident. Cette séparation est historiquement située et construite, et participe au problème conceptuel auquel nous faisons face quand nous observons certaines configurations contemporaines de production; il est par exemple difficile de tracer une ligne claire entre production et consommation sur les plateformes numériques, et c’est plutôt la diversité des formes d’activités, de rémunérations, de subordinations qui est observée.

Une distinction historiquement située

La période qui précède le capitalisme est marquée par une prédominance de l’autoproduction, où production, travail et consommation sont liés. On note également avec Aristote que l’apogée de l’éthique économique (au sens d’Oikos Nomos, l’art d’administrer la demeure/ la cité) est l’autosuffisance au sein de la famille, par opposition à la chrématistique (Chrematistikos, qui désigne « ce qui concerne les affaires »).

Le capitalisme naissant n’acte pas non plus de séparation entre les notions de travail et consommation. Les deux notions émergent en réalité en même temps au XVIIIè, au moment de la première révolution industrielle.

L’économie politique, comme les premiers sociologues les pensent dans un même mouvement; c’est vrai pour Smith, Ricardo, Marx, Engels, Villermé, Le Play, mais également pour Durkheim et Weber.

La séparation, aujourd’hui naturalisée dans les catégories et pratiques sociales, mais également durcie dans la majorité de la littérature académique, est en réalité assez récente. C’est bien la vitesse à laquelle cette séparation s’est imposée dans les deux espaces qui devrait interroger et retenir l’attention du chercheur.

La nécessité de les repenser conjointement

Penser dans un même mouvement travail et consommation permet d’appréhender deux enjeux majeurs pour l’auteure:

  • D’abord: penser la dynamique du capitalisme et de la division du travail, penser la dynamique de la marchandisation.
  • Ensuite: penser les liens d’interdépendance asymétriques (ce que M.A Dujarier nomme « Rapport social ») présents dans les liens d’interaction (« Relations sociales »). Il y a pour M.A Dujarier un fait majeur du capitalisme contemporain: une extension des rapports sociaux sans relation (intermédiés par tout un ensemble de dispositifs).

Une trajectoire historique à gros traits

M.A Dujarier propose de contextualiser cette séparation consommation / travail en quelques lignes de fracture historiques saillantes.

  1. Fordisme: dégradation des conditions de travail au nom de la consommation (« pacte fordiste)
  2. Critique sociale du travail et de la consommation (1968), en référence à la thèse de Boltanski et Chiapello (1999)
  3. « Client roi » et travailleur flexible opérant en flux (post-68); transformation du consommateur en « contremaître du salarié ».
  4. Travail du consommateur dans des services sans relation (voir M.A Dujarier, 2014); externalisation de tâches sur le consommateur; crowdsourcing; apparition de places de marché en ligne avec Offre et Demande instantanées.
  5. Plateformes numérique: produire en consommant, consommer pour travailler. Travailler de production de données (cf. les travaux autour du Digital Labor). Emergence de la « gig » et « task » economy et de « travailleurs des plateformes », qui sont eux-mêmes clients des plateformes (Uber).

Les catégories du point n°5 ne sont pas stabilisées du fait du caractère émergent du phénomène. Il reste que les catégories de pensée à laquelle tant la sociologie du travail, tant la sociologie de la consommation sont habituées doivent être discutées et questionnées. Les mots de travail et consommation ne vont pas de soi.

Des perspectives importantes pour l’économie politique

Deux remarques complémentaires me semblent fondamentales:

  • La distinction entre produit manufacturé et service pose un grand problème à l’analyse du travail; la valeur-travail de l’économie classique était bien commode pour analyser les produits manufacturés. Les travaux récents en socio-économie des services depuis Jean Gadrey (pour ne citer que lui) insistent sur la co-production du service; le flou qui entoure la notion de co-production, de « consommation » d’un service est révélateur du malaise conceptuel dans lequel nous naviguons pour saisir des phénomènes comme celui de la « plateformisation » de la production. La relation qui unit « offreur » et « demandeur » d’un service n’est pas réductible à une dimension verticale entre « producteur » et « consommateur ». On gagnerait peut-être en clarté en cessant d’user d’euphémismes pour désigner ce qui pourrait être en définitive défini comme du travail de consommation. Le chantier est vaste et nous le développerons en détails dans d’autres billets sur ce blog.
  • Cette question de la qualification en travail amène une autre, fondamentale: le passage à la valeur ou le passage à la monnaie. Comment passe-t-on du travail du consommateur à la monnaie; autrement dit: comment exploite-t-on ce travail? Voilà une question fondamentale pour l’économie politique. Nous essaierons d’apporter des éléments de réponse avec l’exemple « exemplaire » de l’industrie du jeu vidéo.

Conclusion

L’exposé de M.A Dujarier intervient à un moment crucial tant pour la sociologie du travail que pour l’économie politique. Il y a semble-t-il un rejet progressif de ce qu’Alexandra Bidet nomme le « prisme salarial » ,pour saisir d’autres dimensions du travail. L’enjeu, nous semble-t-il, va être de réussir à détacher progressivement l’analyse du travail de celle de l’emploi pour le rattacher ensuite à l’analyse de la consommation. Nous manquons cruellement d’outils, de catégories pour penser les mutations contemporaines du travail et dans une certaine mesure, celles du capitalisme. Le chemin est encore long, mais particulièrement stimulant.

Références:

Dujarier M.A, (2012)  Entrée »Consommation », in Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Dicos Poche »

Dujarier M.A, (2014) ,  Le Travail du Consommateur, La Découverte

Boltanski L., Chiapello E., (1999) Le Nouvel Esprit du Capitalisme, Gallimard

Gadrey J. (2003) , Socioéconomie des Services, La Découverte

Socio-économie

Doctorant à l’IDHES ENS Cachan, ce carnet vise à offrir de la visibilité à mes travaux en cours sur la frontière entre le travail et la consommation à l’ère numérique. Nous cherchons à analyser les processus par lesquels la consommation de services en ligne, particulièrement quand elle est intermediée par une plateforme numérique, tend à se transformer en travail encadré, mesuré, et producteur de valeur.

Notre terrain de recherche principal, l’industrie du jeu vidéo, est riche de matériau pour traiter cette question essentielle. D’une économie de produit, où les industriels vendaient des jeux au public, nous sommes passés à une économie de service où les jeux peuvent être mis à disposition des joueurs gratuitement, et où la tâche principale de l’entreprise consiste à « monétiser », c’est-à-dire extraire de la valeur de l’espace social qu’il a fait émerger. Les joueurs, à travers leurs échanges, leurs relations, co-produisent cet espace social, l’affinent, l’étendent. Ils modèrent les contenus des autres, veillent à ce que les relations au sein du jeu restent fluides; cette fluidité est une condition essentielle de la profitabilité du jeu.

Des joueurs sont aussi mis à contribution en amont du développement, pour tester, approuver, négocier certaines facettes du jeu et certains éléments techniques.

D’autres tentent de transformer le jeu en activité rémunératrice principale, comme sur les plateformes de streaming (diffusion d’une partie de jeu), dont l’acteur principal Twitch revendique 1.5 Millions de « streamers » par mois et 100 millions de visiteurs uniques. D’un travail invisible, on passe à un travail précaire où une infime minorité d’auto-entrepreneur peuvent vivre du jeu quand l’écrasante majorité doit combiner des revenus de transfert à ses gains sur la plateforme pour atteindre difficilement le seuil de pauvreté.

Notre investigation vise donc bien les mutations du travail contemporaines. Sans préjuger de la « fin du travail » ou des effets de « l’automatisation », nous cherchons empiriquement les fondements de ces mutations, qui doivent nous amener à discuter des notions essentielles aux sciences sociales; la distinction entre emploi, travail et activité; le lien entre le travail et la valeur; la distinction entre le loisir, le travail, la consommation; les formes d’exploitation auxquelles ces nouvelles formes de travail donnent lieu.

Notre objet principal est donc bien le travail et la production à l’ère numérique. Mais nous intérêts ne se limitent pas à cette question; le titre du carnet indique un positionnement clair; nos recherches sont à la frontière entre économie et sociologie. Les questions épistémologiques, l’approche institutionnaliste de l’économie sont également au coeur de nos préoccupations et viendront également alimenter ce blog.

Il y a là nous semble-t-il un projet riche.