Socio-économie

Doctorant à l’IDHES ENS Cachan, ce carnet vise à offrir de la visibilité à mes travaux en cours sur la frontière entre le travail et la consommation à l’ère numérique. Nous cherchons à analyser les processus par lesquels la consommation de services en ligne, particulièrement quand elle est intermediée par une plateforme numérique, tend à se transformer en travail encadré, mesuré, et producteur de valeur.

Notre terrain de recherche principal, l’industrie du jeu vidéo, est riche de matériau pour traiter cette question essentielle. D’une économie de produit, où les industriels vendaient des jeux au public, nous sommes passés à une économie de service où les jeux peuvent être mis à disposition des joueurs gratuitement, et où la tâche principale de l’entreprise consiste à « monétiser », c’est-à-dire extraire de la valeur de l’espace social qu’il a fait émerger. Les joueurs, à travers leurs échanges, leurs relations, co-produisent cet espace social, l’affinent, l’étendent. Ils modèrent les contenus des autres, veillent à ce que les relations au sein du jeu restent fluides; cette fluidité est une condition essentielle de la profitabilité du jeu.

Des joueurs sont aussi mis à contribution en amont du développement, pour tester, approuver, négocier certaines facettes du jeu et certains éléments techniques.

D’autres tentent de transformer le jeu en activité rémunératrice principale, comme sur les plateformes de streaming (diffusion d’une partie de jeu), dont l’acteur principal Twitch revendique 1.5 Millions de « streamers » par mois et 100 millions de visiteurs uniques. D’un travail invisible, on passe à un travail précaire où une infime minorité d’auto-entrepreneur peuvent vivre du jeu quand l’écrasante majorité doit combiner des revenus de transfert à ses gains sur la plateforme pour atteindre difficilement le seuil de pauvreté.

Notre investigation vise donc bien les mutations du travail contemporaines. Sans préjuger de la « fin du travail » ou des effets de « l’automatisation », nous cherchons empiriquement les fondements de ces mutations, qui doivent nous amener à discuter des notions essentielles aux sciences sociales; la distinction entre emploi, travail et activité; le lien entre le travail et la valeur; la distinction entre le loisir, le travail, la consommation; les formes d’exploitation auxquelles ces nouvelles formes de travail donnent lieu.

Notre objet principal est donc bien le travail et la production à l’ère numérique. Mais nous intérêts ne se limitent pas à cette question; le titre du carnet indique un positionnement clair; nos recherches sont à la frontière entre économie et sociologie. Les questions épistémologiques, l’approche institutionnaliste de l’économie sont également au coeur de nos préoccupations et viendront également alimenter ce blog.

Il y a là nous semble-t-il un projet riche.


Une réflexion sur « Socio-économie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.