Re-penser conjointement Travail et Consommation

Nous saisissons l’opportunité de la tenue de la journée d’Etudes « Travail et Consommation du XIXè au XXIè siècles » pour relater sommairement l’introduction à la journée proposée par Marie-Anne Dujarier. Nous restituons largement ses propos, et ajoutons quelques remarques supplémentaires qui nous paraissent essentielles pour saisir les enjeux académiques liés à cette distinction trompeuse. Il nous semble que son propos soulève des questions fondamentales, que nous tentons de mettre au cœur de notre travail, et sur lesquelles nous reviendrons largement et en détail dans nos contributions sur ce blog.

Lien de la journée: https://afhe.hypotheses.org/9790

Si les catégories de travail et de consommation semblent avoir été durcies tant dans le champ académique (séparation entre sociologie du travail et sociologie de la consommation, catégorisation encore plus nette en économie), elles n’ont pourtant rien d’évident. Cette séparation est historiquement située et construite, et participe au problème conceptuel auquel nous faisons face quand nous observons certaines configurations contemporaines de production; il est par exemple difficile de tracer une ligne claire entre production et consommation sur les plateformes numériques, et c’est plutôt la diversité des formes d’activités, de rémunérations, de subordinations qui est observée.

Une distinction historiquement située

La période qui précède le capitalisme est marquée par une prédominance de l’autoproduction, où production, travail et consommation sont liés. On note également avec Aristote que l’apogée de l’éthique économique (au sens d’Oikos Nomos, l’art d’administrer la demeure/ la cité) est l’autosuffisance au sein de la famille, par opposition à la chrématistique (Chrematistikos, qui désigne « ce qui concerne les affaires »).

Le capitalisme naissant n’acte pas non plus de séparation entre les notions de travail et consommation. Les deux notions émergent en réalité en même temps au XVIIIè, au moment de la première révolution industrielle.

L’économie politique, comme les premiers sociologues les pensent dans un même mouvement; c’est vrai pour Smith, Ricardo, Marx, Engels, Villermé, Le Play, mais également pour Durkheim et Weber.

La séparation, aujourd’hui naturalisée dans les catégories et pratiques sociales, mais également durcie dans la majorité de la littérature académique, est en réalité assez récente. C’est bien la vitesse à laquelle cette séparation s’est imposée dans les deux espaces qui devrait interroger et retenir l’attention du chercheur.

La nécessité de les repenser conjointement

Penser dans un même mouvement travail et consommation permet d’appréhender deux enjeux majeurs pour l’auteure:

  • D’abord: penser la dynamique du capitalisme et de la division du travail, penser la dynamique de la marchandisation.
  • Ensuite: penser les liens d’interdépendance asymétriques (ce que M.A Dujarier nomme « Rapport social ») présents dans les liens d’interaction (« Relations sociales »). Il y a pour M.A Dujarier un fait majeur du capitalisme contemporain: une extension des rapports sociaux sans relation (intermédiés par tout un ensemble de dispositifs).

Une trajectoire historique à gros traits

M.A Dujarier propose de contextualiser cette séparation consommation / travail en quelques lignes de fracture historiques saillantes.

  1. Fordisme: dégradation des conditions de travail au nom de la consommation (« pacte fordiste)
  2. Critique sociale du travail et de la consommation (1968), en référence à la thèse de Boltanski et Chiapello (1999)
  3. « Client roi » et travailleur flexible opérant en flux (post-68); transformation du consommateur en « contremaître du salarié ».
  4. Travail du consommateur dans des services sans relation (voir M.A Dujarier, 2014); externalisation de tâches sur le consommateur; crowdsourcing; apparition de places de marché en ligne avec Offre et Demande instantanées.
  5. Plateformes numérique: produire en consommant, consommer pour travailler. Travailler de production de données (cf. les travaux autour du Digital Labor). Emergence de la « gig » et « task » economy et de « travailleurs des plateformes », qui sont eux-mêmes clients des plateformes (Uber).

Les catégories du point n°5 ne sont pas stabilisées du fait du caractère émergent du phénomène. Il reste que les catégories de pensée à laquelle tant la sociologie du travail, tant la sociologie de la consommation sont habituées doivent être discutées et questionnées. Les mots de travail et consommation ne vont pas de soi.

Des perspectives importantes pour l’économie politique

Deux remarques complémentaires me semblent fondamentales:

  • La distinction entre produit manufacturé et service pose un grand problème à l’analyse du travail; la valeur-travail de l’économie classique était bien commode pour analyser les produits manufacturés. Les travaux récents en socio-économie des services depuis Jean Gadrey (pour ne citer que lui) insistent sur la co-production du service; le flou qui entoure la notion de co-production, de « consommation » d’un service est révélateur du malaise conceptuel dans lequel nous naviguons pour saisir des phénomènes comme celui de la « plateformisation » de la production. La relation qui unit « offreur » et « demandeur » d’un service n’est pas réductible à une dimension verticale entre « producteur » et « consommateur ». On gagnerait peut-être en clarté en cessant d’user d’euphémismes pour désigner ce qui pourrait être en définitive défini comme du travail de consommation. Le chantier est vaste et nous le développerons en détails dans d’autres billets sur ce blog.
  • Cette question de la qualification en travail amène une autre, fondamentale: le passage à la valeur ou le passage à la monnaie. Comment passe-t-on du travail du consommateur à la monnaie; autrement dit: comment exploite-t-on ce travail? Voilà une question fondamentale pour l’économie politique. Nous essaierons d’apporter des éléments de réponse avec l’exemple « exemplaire » de l’industrie du jeu vidéo.

Conclusion

L’exposé de M.A Dujarier intervient à un moment crucial tant pour la sociologie du travail que pour l’économie politique. Il y a semble-t-il un rejet progressif de ce qu’Alexandra Bidet nomme le « prisme salarial » ,pour saisir d’autres dimensions du travail. L’enjeu, nous semble-t-il, va être de réussir à détacher progressivement l’analyse du travail de celle de l’emploi pour le rattacher ensuite à l’analyse de la consommation. Nous manquons cruellement d’outils, de catégories pour penser les mutations contemporaines du travail et dans une certaine mesure, celles du capitalisme. Le chemin est encore long, mais particulièrement stimulant.

Références:

Dujarier M.A, (2012)  Entrée »Consommation », in Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Dicos Poche »

Dujarier M.A, (2014) ,  Le Travail du Consommateur, La Découverte

Boltanski L., Chiapello E., (1999) Le Nouvel Esprit du Capitalisme, Gallimard

Gadrey J. (2003) , Socioéconomie des Services, La Découverte


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.