Retour sur les « communs »

Nous reproduisons ci-dessous notre recension de l’ouvrage « Commun: Essai sur la révolution au XXIè Siècle » de Pierre Dardot et Christian Laval, publiée sur Contretemps. Nous publierons prochainement un billet sur cette notion qui pose problème et sur la littérature qui l’entoure, en parallèle d’un chapitre de thèse sur le sujet.

Lien de la recension: https://www.contretemps.eu/le-commun-ce-quil-nest-pas-et-ce-quil-peut-etre-a-propos-de-louvrage-commun-essai-sur-la-revolution-au-xxie-siecle-de-pierre-dardot-et-christian/

 

Re-penser conjointement Travail et Consommation

Nous saisissons l’opportunité de la tenue de la journée d’Etudes « Travail et Consommation du XIXè au XXIè siècles » pour relater sommairement l’introduction à la journée proposée par Marie-Anne Dujarier. Nous restituons largement ses propos, et ajoutons quelques remarques supplémentaires qui nous paraissent essentielles pour saisir les enjeux académiques liés à cette distinction trompeuse. Il nous semble que son propos soulève des questions fondamentales, que nous tentons de mettre au cœur de notre travail, et sur lesquelles nous reviendrons largement et en détail dans nos contributions sur ce blog.

Lien de la journée: https://afhe.hypotheses.org/9790

Si les catégories de travail et de consommation semblent avoir été durcies tant dans le champ académique (séparation entre sociologie du travail et sociologie de la consommation, catégorisation encore plus nette en économie), elles n’ont pourtant rien d’évident. Cette séparation est historiquement située et construite, et participe au problème conceptuel auquel nous faisons face quand nous observons certaines configurations contemporaines de production; il est par exemple difficile de tracer une ligne claire entre production et consommation sur les plateformes numériques, et c’est plutôt la diversité des formes d’activités, de rémunérations, de subordinations qui est observée.

Une distinction historiquement située

La période qui précède le capitalisme est marquée par une prédominance de l’autoproduction, où production, travail et consommation sont liés. On note également avec Aristote que l’apogée de l’éthique économique (au sens d’Oikos Nomos, l’art d’administrer la demeure/ la cité) est l’autosuffisance au sein de la famille, par opposition à la chrématistique (Chrematistikos, qui désigne « ce qui concerne les affaires »).

Le capitalisme naissant n’acte pas non plus de séparation entre les notions de travail et consommation. Les deux notions émergent en réalité en même temps au XVIIIè, au moment de la première révolution industrielle.

L’économie politique, comme les premiers sociologues les pensent dans un même mouvement; c’est vrai pour Smith, Ricardo, Marx, Engels, Villermé, Le Play, mais également pour Durkheim et Weber.

La séparation, aujourd’hui naturalisée dans les catégories et pratiques sociales, mais également durcie dans la majorité de la littérature académique, est en réalité assez récente. C’est bien la vitesse à laquelle cette séparation s’est imposée dans les deux espaces qui devrait interroger et retenir l’attention du chercheur.

La nécessité de les repenser conjointement

Penser dans un même mouvement travail et consommation permet d’appréhender deux enjeux majeurs pour l’auteure:

  • D’abord: penser la dynamique du capitalisme et de la division du travail, penser la dynamique de la marchandisation.
  • Ensuite: penser les liens d’interdépendance asymétriques (ce que M.A Dujarier nomme « Rapport social ») présents dans les liens d’interaction (« Relations sociales »). Il y a pour M.A Dujarier un fait majeur du capitalisme contemporain: une extension des rapports sociaux sans relation (intermédiés par tout un ensemble de dispositifs).

Une trajectoire historique à gros traits

M.A Dujarier propose de contextualiser cette séparation consommation / travail en quelques lignes de fracture historiques saillantes.

  1. Fordisme: dégradation des conditions de travail au nom de la consommation (« pacte fordiste)
  2. Critique sociale du travail et de la consommation (1968), en référence à la thèse de Boltanski et Chiapello (1999)
  3. « Client roi » et travailleur flexible opérant en flux (post-68); transformation du consommateur en « contremaître du salarié ».
  4. Travail du consommateur dans des services sans relation (voir M.A Dujarier, 2014); externalisation de tâches sur le consommateur; crowdsourcing; apparition de places de marché en ligne avec Offre et Demande instantanées.
  5. Plateformes numérique: produire en consommant, consommer pour travailler. Travailler de production de données (cf. les travaux autour du Digital Labor). Emergence de la « gig » et « task » economy et de « travailleurs des plateformes », qui sont eux-mêmes clients des plateformes (Uber).

Les catégories du point n°5 ne sont pas stabilisées du fait du caractère émergent du phénomène. Il reste que les catégories de pensée à laquelle tant la sociologie du travail, tant la sociologie de la consommation sont habituées doivent être discutées et questionnées. Les mots de travail et consommation ne vont pas de soi.

Des perspectives importantes pour l’économie politique

Deux remarques complémentaires me semblent fondamentales:

  • La distinction entre produit manufacturé et service pose un grand problème à l’analyse du travail; la valeur-travail de l’économie classique était bien commode pour analyser les produits manufacturés. Les travaux récents en socio-économie des services depuis Jean Gadrey (pour ne citer que lui) insistent sur la co-production du service; le flou qui entoure la notion de co-production, de « consommation » d’un service est révélateur du malaise conceptuel dans lequel nous naviguons pour saisir des phénomènes comme celui de la « plateformisation » de la production. La relation qui unit « offreur » et « demandeur » d’un service n’est pas réductible à une dimension verticale entre « producteur » et « consommateur ». On gagnerait peut-être en clarté en cessant d’user d’euphémismes pour désigner ce qui pourrait être en définitive défini comme du travail de consommation. Le chantier est vaste et nous le développerons en détails dans d’autres billets sur ce blog.
  • Cette question de la qualification en travail amène une autre, fondamentale: le passage à la valeur ou le passage à la monnaie. Comment passe-t-on du travail du consommateur à la monnaie; autrement dit: comment exploite-t-on ce travail? Voilà une question fondamentale pour l’économie politique. Nous essaierons d’apporter des éléments de réponse avec l’exemple « exemplaire » de l’industrie du jeu vidéo.

Conclusion

L’exposé de M.A Dujarier intervient à un moment crucial tant pour la sociologie du travail que pour l’économie politique. Il y a semble-t-il un rejet progressif de ce qu’Alexandra Bidet nomme le « prisme salarial » ,pour saisir d’autres dimensions du travail. L’enjeu, nous semble-t-il, va être de réussir à détacher progressivement l’analyse du travail de celle de l’emploi pour le rattacher ensuite à l’analyse de la consommation. Nous manquons cruellement d’outils, de catégories pour penser les mutations contemporaines du travail et dans une certaine mesure, celles du capitalisme. Le chemin est encore long, mais particulièrement stimulant.

Références:

Dujarier M.A, (2012)  Entrée »Consommation », in Antoine Bevort, Michel Lallement, Annette Jobert, Arnaud Mias (dir.), Dictionnaire du travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Dicos Poche »

Dujarier M.A, (2014) ,  Le Travail du Consommateur, La Découverte

Boltanski L., Chiapello E., (1999) Le Nouvel Esprit du Capitalisme, Gallimard

Gadrey J. (2003) , Socioéconomie des Services, La Découverte

Socio-économie

Doctorant à l’IDHES ENS Cachan, ce carnet vise à offrir de la visibilité à mes travaux en cours sur la frontière entre le travail et la consommation à l’ère numérique. Nous cherchons à analyser les processus par lesquels la consommation de services en ligne, particulièrement quand elle est intermediée par une plateforme numérique, tend à se transformer en travail encadré, mesuré, et producteur de valeur.

Notre terrain de recherche principal, l’industrie du jeu vidéo, est riche de matériau pour traiter cette question essentielle. D’une économie de produit, où les industriels vendaient des jeux au public, nous sommes passés à une économie de service où les jeux peuvent être mis à disposition des joueurs gratuitement, et où la tâche principale de l’entreprise consiste à « monétiser », c’est-à-dire extraire de la valeur de l’espace social qu’il a fait émerger. Les joueurs, à travers leurs échanges, leurs relations, co-produisent cet espace social, l’affinent, l’étendent. Ils modèrent les contenus des autres, veillent à ce que les relations au sein du jeu restent fluides; cette fluidité est une condition essentielle de la profitabilité du jeu.

Des joueurs sont aussi mis à contribution en amont du développement, pour tester, approuver, négocier certaines facettes du jeu et certains éléments techniques.

D’autres tentent de transformer le jeu en activité rémunératrice principale, comme sur les plateformes de streaming (diffusion d’une partie de jeu), dont l’acteur principal Twitch revendique 1.5 Millions de « streamers » par mois et 100 millions de visiteurs uniques. D’un travail invisible, on passe à un travail précaire où une infime minorité d’auto-entrepreneur peuvent vivre du jeu quand l’écrasante majorité doit combiner des revenus de transfert à ses gains sur la plateforme pour atteindre difficilement le seuil de pauvreté.

Notre investigation vise donc bien les mutations du travail contemporaines. Sans préjuger de la « fin du travail » ou des effets de « l’automatisation », nous cherchons empiriquement les fondements de ces mutations, qui doivent nous amener à discuter des notions essentielles aux sciences sociales; la distinction entre emploi, travail et activité; le lien entre le travail et la valeur; la distinction entre le loisir, le travail, la consommation; les formes d’exploitation auxquelles ces nouvelles formes de travail donnent lieu.

Notre objet principal est donc bien le travail et la production à l’ère numérique. Mais nous intérêts ne se limitent pas à cette question; le titre du carnet indique un positionnement clair; nos recherches sont à la frontière entre économie et sociologie. Les questions épistémologiques, l’approche institutionnaliste de l’économie sont également au coeur de nos préoccupations et viendront également alimenter ce blog.

Il y a là nous semble-t-il un projet riche.