Twitch et la plateformisation du travail (26 octobre 2017)

Petite mise en bouche avant mon intervention dans notre groupe de recherche sur « Travail et Plateforme » dans une semaine, où je parlerai de la plateforme de streaming « Twitch ». Il ne s’agit pas de rentrer dans le détail mais simplement de donner quelques pistes de réflexion qui m’animent.

Penser le joueur au travail

Notre thèse traite de ce que nous pourrions nommer avec A. Casilli la « plateformisation » du travail, à travers le cas du travail des joueurs dans l’industrie du jeu vidéo. Le travail des joueurs renvoie à un ensemble large de pratiques;

  • le modding, i.e la transformation de tout ou partie d’un jeu par des communautés de joueurs, à l’origine de certains des jeux les plus populaires depuis 10 ans (Counter-Strike, League of Legends, Player Unknown Battlegrounds).
  • la sous-traitance au joueur de certains pans de la production du jeu (beta-test, modération,..) reposant sur du bénévolat et mobilisant la rhétorique de la passion
  • le simple fait de jouer peut être considéré comme du travail, qu’il soit le fait de « goldfarmers » chinois ou qu’il soit monétisé, encadré, mesuré par des entreprises qui ne vendent plus un produit mais un espace social dont elles cherchent à extraire le plus possible de valeur
  • le streaming, soit la diffusion en ligne de parties de jeu sur des plateformes dédiées. C’est ce point que nous discuterons la semaine prochaine.

A la question « pourquoi les joueurs diffusent leurs parties », Twitch possède une réponse clé en main sur son site internet:

« It’s fun and represents a compelling new social network to connect with friends and fans over a shared love of games and other interests » (nous soulignons).

Ce vocabulaire du partage, du « fun », nous le discuterons largement dans nos deux premiers chapitres de thèse. Il remplit à notre sens une fonction essentielle pour les plateformes: masquer, euphémiser des formes de travail derrière le voile de l’amusement.

La plateforme Twitch

Le streaming peut être résumé de la manière suivante: un joueur diffuse à travers la plateforme une partie de jeu et discute avec les spectateurs (« viewers ») lors de la partie. Le phénomène n’est en rien anodin; la plateforme a crû de forte manière depuis son lancement en 2011 et revendique plus d’1 million de streamers mensuels, et 100 millions de visiteurs uniques chaque mois (source Twitch).

Sur ce million d’utilisateur, nous nous intéresserons particulièrement aux 22 000 partenaires de la plateforme, c’est-à-dire à ceux qui travaillent pour Twitch de la même manière que les chauffeurs travaillent pour Uber. Le fait majeur ici est la grande continuité / porosité entre pratique ludique et gratuite et pratique ludique et lucrative, qu’il faut discuter.

Ci-dessous (pardon pour la lisibilité), voilà à quoi ressemble une page twitch.

Voilà à quoi ressemble une page Twitch

Trois faits saillants, trois profils, et une trajectoire ascendante qui seront développés la semaine prochaine (teasing)

  • Première phase: possibilité de s’abonner (gratuitement) à la chaîne du streamer, dont la source de revenu principale est constituée de dons des viewers.
  • Deuxième phase: au dela d’un certain nombre d’abonnés gratuits, Twitch propose un « partenariat »; le streamer peut proposer des abonnements payants et partager les revenus avec Twitch. Il y a constitution d’un capital communautaire (mais que veut-il dire par là? réponse prochainement)
  • Troisième phase: le streamer, s’il rencontre un large succès, peut se voir proposer des contrats avec des entreprises pour mettre en avant du contenu « sponsorisé », i.e rémunéré par l’entreprise. Il y a alors mise en valeur du capital communautaire

Voilà en quelques mots les éléments de ce que nous discuterons la semaine prochaine! Un post plus détaillé et issu du chapitre de thèse suivra prochainement.

 

Le négationnisme aurait-il contaminé la sociologie ? Contre le totalitarisme méthodologique

Les pamphlets seraient-ils devenus la nouvelle norme du débat scientifique en sciences sociales? Après « l’affaire Cahuc et Zylberberg », deux sociologues se livrent à un exercice de style similaire. Les enjeux sont toutefois bien différents.

Après Cahuc et Zylbergerg, Bronner et Géhin

Il y a quelques mois, deux économistes publiaient un violent pamphlet visant expressément des économistes hétérodoxes, les accusant de « négationnisme ». Ils estiment en effet que l’économie serait devenue une science expérimentale ; quiconque appliquerait d’autres méthodes- peu importe au demeurant la qualité de leurs questionnements et résultats – seraient au mieux des incompétents inadaptés aux progrès de la science, au pire de dangereux obscurantistes refusant sciemment de se plier à la « vraie » méthode, en l’occurrence celle de l’expérimentation. C’est dans cette dernière catégorie que sombrent par exemple les Economistes Atterrés ou ceux membres de l’AFEP, qui défendent un pluralisme des approches ; il s’agit donc de s’en « débarrasser », comme l’indique le sous-titre de leur ouvrage.

Pour comprendre l’affaire C&Z : https://www.alternatives-economiques.fr/negationnisme-economique-laffaire-cahuc/00012140

La maladie du négationnisme n’a malheureusement pas pu être contenue dans le champ de l’économie. C’est désormais la sociologie qui en fait les frais, et deux sociologues, Bronner et Géhin, sont bien décidés eux aussi à l’éradiquer. Si le nom de leur essai est moins ordurier que celui de Cahuc et Zylberberg, le propos présente des similarités et provoque là aussi des remous dans le champ académique, côté sociologues cette fois. La sociologie ferait face à un « danger », donnant son titre à l’ouvrage ; celui de « l’idéologie », par opposition à la « science ». Et le salut de se trouver, comme pour l’économie, du côté des sciences cognitives et expérimentales ; sur ce point, il est clair que l’économie a une longueur d’avance.

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/expliquer-la-sociologie-est-ce-lexcuser

Une méthode similaire

Puisque nos héros de la scientificité estiment qu’il y a une (et une seule) méthode pour « faire science », il est tout naturel qu’ils usent de la même pour le faire savoir. C’est dans les deux cas celle du pamphlet médiatique qui est retenue pour s’attaquer, directement ou indirectement à des collègues et leurs travaux. C’est évidemment au nom de l’intérêt général et de la sauvegarde de la science qu’ils agissent. Le procédé, en plus d’être malhonnête, ne répond à aucun des canons admis par la science (fût-elle exacte) dont ils voudraient se faire les gardiens : caricature, argumentation lapidaire quand elle n’est pas à la limite de l’insulte.

Dans les deux cas, les couples d’auteur opposent systématiquement deux groupes : les « scientifiques », aux méthodes rigoureuses (entendre : usant de la quantification dans une forme ou une autre), et les « idéologues », se parant des apparats de la science pour servir un programme politique ; une sorte de « fake science » en somme.

Entendons-nous bien : les questions épistémologiques (c’est-à-dire sur la manière d’objectiver des phénomènes, de montrer et démontrer, de soutenir des thèses etc) sont essentielles. Elles méritent mieux, bien mieux que la recherche du « buzz » et de la formule qui frappera les esprits. Elles sont un enjeu scientifique sérieux que les auteurs semblent réduire à des oppositions manichéennes (« vrais » contre « faux » scientifiques) irrespectueuses tant pour les chercheurs en désaccord avec eux que pour les deux siècles de sciences sociales dont ils sont les héritiers.

Une distinction de taille

Pour autant, les pamphlets disent-ils la même chose des deux disciplines? Il n’en est rien.

Dans le cas de la sociologie, la tradition pluraliste est solidement installée. Les cadres théoriques divergent, et un large gradient de méthodes qualitatives et quantitatives est mobilisé. Il existe un vaste ensemble de courants, du plus individualiste au plus holiste. Solidement armée du point de vue épistémologique, on doute que l’écho de l’essai de Bronner et Géhin au sein de la discipline soit important, tant ils sont minoritaires.

L’affaire est tout autre dans le cas de l’économie. Ceux qui réclament que tous et toutes se soumettent à un cadre théorique (formé peu ou prou autour de la tradition néoclassique) et aux méthodes reines qui l’accompagnent (économétrie, expérimentation) sont les éléments les plus dominants de la discipline et représentent environ 90% de la discipline en France. Dans le cas de la sociologie, les auteurs souhaiteraient en finir avec un pluralisme qu’ils jugent dépassé. En économie, ce sont les derniers bastions de ce pluralisme qu’il s’agit d’éradiquer. Le Négationnisme renvoie à un enjeu bien plus important et présent que le Danger.

Un programme commun : le pluralisme

Ces deux cas doivent nous amener à proposer un schème d’opposition alternatif. Les auteurs cherchent à opposer « idéologie » et « science », et il faudrait prendre sérieusement en compte ces notions dans un cadre qui ne soit pas celui de l’accusation sans fondement. Et puisque nos auteurs sont adeptes des formules choc, nous nous permettrons d’en utiliser une nous aussi.

Le véritable danger pour les sciences sociales ne vient ni des hétérodoxes « négationnistes », ni des « socio-idéologues ». Il vient du totalitarisme méthodologique que préconisent les auteurs. Une méthode juste, un cadre accepté. Ce que nous enseigne l’épistémologie depuis 150 ans c’est précisément que cette quête est vaine et que le progrès et la richesse des sciences sociales viennent de la concurrence paradigmatique qui fonde le débat scientifique.

Plus que jamais, le combat du pluralisme doit être mené. C’est ici que les deux disciplines se rejoignent. L’économie étouffe lentement depuis une trentaine d’année et vit une crise majeure précisément parce qu’elle ne permet plus cette concurrence (on ne se lassera jamais de noter que les chantres de la concurrence sur le marché la refusent dans le domaine académique). La sociologie ferait bien de ne pas se reposer sur ses conquêtes ; elle sera toujours soumise à ce type d’attaques. Si un jour un pouvoir politique décidait d’en finir avec « l’idéologie » à l’université, il trouverait toujours un allié dans le champ académique pour s’occuper de cette basse besogne d’épuration. Mais il trouvera également sur son chemin les chercheurs-euses qui se battent inlassablement pour le pluralisme des idées, des méthodes et des théories. C’est un enjeu scientifique et démocratique majeur.